Coronavirus : quel impact sur le tourisme en Loir-et-Cher ? Enquête et analyse

Afin d’évaluer les premières conséquences de l’épidémie du Coronavirus sur l’activité touristique du territoire, le Comité Régional du Tourisme Centre-Val de Loire, en partenariat avec l’ensemble des agences départementales du tourisme, Tours Métropole, l’Observatoire de l’Économie et des Territoires et le réseau des CCI Centre Val de Loire, a lancé une enquête auprès des acteurs du tourisme et des activités de loisirs de la région.

L’Observatoire de l’économie et des territoires, en collaboration avec lAgence de Développement Touristique Val de Loire - Loir-et-Cher, s’est plus particulièrement penché sur les réponses apportées par les professionnels du Loir-et-Cher pour mieux cerner leur ressenti sur la situation actuelle et leurs prévisions pour les mois à venir.

279 prestataires du Loir-et-Cher (location de vacances, chambres d’hôtes, restaurants, campings, hôtels, sites de visites, activités de loisirs…) ont répondu à cette enquête, menée du 6 au 13 mai, soit un taux de réponse de 20,3 %.

 

Les points essentiels à retenir de ce bilan inquiétant :

Chiffres clefs

chiffresclefInternetImpac 500

  • Un impact financier majeur : le chiffre d’affaires des professionnels du secteur est touché de plein fouet, avec une perte vertigineuse. Les 197 répondants l'ont estimé à 25,6 millions d’euros sur les mois de mars et avril 2020.
  • Des réservations en chute libre : tous enregistrent des annulations en cascade depuis le début de la crise. 9 prestataires sur 10 constatent même une baisse importante des réservations pour la saison estivale. Cette diminution est supérieure à 75 % pour 6 prestataires sur 10. 16 % évoquent même un effondrement total des réservations. Beaucoup estiment  d’ores et déjà faire face à une saison ratée.
  • La pérennité de certains établissements remise en cause : 77 % des répondants s’inquiètent et près de 16 % estiment leur établissement menacé dès maintenant (30 % des hôtels restaurants).
  • D’importantes répercussions sur l’emploi : une réouverture début juin conduirait 12 % des répondants à envisager des licenciements économiques et 34 % à maintenir le chômage partiel. Le recours aux travailleurs saisonniers est également suspendu.
  • De grandes incertitudes : sur l’évolution de la crise et les conditions qui seront imposées aux professionnels du secteur lors du déconfinement et à l’issue de ce dernier, sur la capacité à faire face aux différentes charges, sur les problèmes de trésorerie qui s’annonçent…
  • De très fortes attentes à l’égard de l’Etat et des collectivités : dans ce contexte de difficultés inédites, la majorité des prestataires touristiques souhaitent un accompagnement renforcé et de proximité pour pouvoir surmonter les incidences négatives qu’a cette crise sur la viabilité économique de leurs établissements.

 

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.